Aspasie, une féministe de l’Antiquité

Née en -470 en Asie mineure à Milet et décédée en -400, Aspasie est une hétaïre (courtisane) grecque.  Il semble, d’après Plutarque, qu’elle aie tenu une maison close de grande classe.  Ayant reçu une très bonne éducation, cela faisait d’elle une véritable attraction.  En effet, beaucoup d’hommes fréquentaient son commerce. Femme cultivée et intelligente, elle fut très admirée par les hommes illustres de son temps.  À titre d’exemple, elleaspasie comptait Socrate parmi ses admirateurs.  N’étant pas athénienne de naissance, Aspasie put vivre sa vie en toute liberté. Contrairement aux autres femmes, elle n’était pas astreinte au foyer familial.  Elle participait, tel un citoyen, aux débats publics. Un peu plus tard, elle fit la connaissance de Périclès, homme politique très en vue à l’époque.  Elle devint sa compagne. Périclès divorça de sa première femme pour en faire sa concubine officielle.  Il voulait l’épouser mais cela était impossible.  En effet, Milet, la ville d’origine d’Aspasie, ne détenait pas le droit d’épigamie (un droit dévolu par Athènes et qui permettait aux citoyens d’une ville de contracter mariage en dehors des murs de leur ville). Elle eut un fils de Périclès, Périclès le Jeune.  Il est certain qu’elle a su influencer la politique athénienne de sont temps, de par sa relation avec Périclès. Certains ont même avancé l’hypothèse qu’elle ait convaincu son amant de ne pas attaquer Mpericlesilet, avec laquelle, Athènes était en guerre. Très influente, cette notoriété avait tout de même un prix.  Elle fut condamnée par la population pour son style de vie.  On lui attribua les premières défaites militaires de Périclès.  La mort de ce dernier en -429, ne lui fit pas perdre son influence.  Elle prit comme amant un homme de plus basse extraction, Lysiclès et en fit un homme très influent d’Athènes.
En fait, nous ne savons que peu de choses sur cette femme singulière.  Le peu d’information que nous ayons sur sa vie nous est parvenu par les écrits d’auteurs masculins.  Il est donc avisé, de relativiser un peu ces informations émanant d’une époque que l’on ne pourrait qualifier de féministe.

 

Pour lire un bon roman sur cette héroïne, je vous conseille le livre suivant:

JE M’APPELLE ASPASIEmappelle_aspasie
Auteur : Frank SENNINGER
Éditeur : Anfortas
Paru : 10 janvier 2015
Disponible : Amazon.fr (Kindle), Ebookez-vous (pdf, Epub)

Aspasie est l’unique femme dont l’antiquité ait gardé le nom en mémoire. Née cinq siècles avant notre ère, elle a connu les plus grands hommes politiques, les plus grands artistes et les plus grands penseurs de son temps, tels que Périclès, le sculpteur Phidias ou encore le célèbre philosophe Socrate.

Cependant, derrière cette période, qui voit naître les premiers pas de la démocratie, se profilent une intransigeance religieuse des plus extrême ainsi qu’une misogynie redoutable.

Afin de déjouer tous ces pièges, Aspasie fera preuve d’un courage insolent en se liant avec ceux qui comptent le plus à Athènes. Ses ennemis tenteront alors de l’atteindre à travers les siens. Peu à peu, l’étau se resserrera sur elle…

Au cœur des fondements du monde occidental, Franck Senninger nous entraîne, à travers l’histoire palpitante d’Aspasie, dans un véritable hymne à la liberté de pensée et à la gloire des femmes.

Prix de l’Orvanne littéraire 2015

 

 

 






Découvertes de nouveaux blogues québécois!



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *