Manuscrits de la Mer morte

En 1947, un jeune berger du nom de Mohammed edh-Dhib Hassan est à la recherche de son animal égaré dans les falaises de Qumran. En tentant de le récupérer il fait la découverte de huit jarres comprenant des manuscrits à l’intérieur d’une grotte située au nord-ouest de la Mer morte. C’est la toute première découverte de ce type dans cette région du monde. Elle est suivie dans les années suivantes par d’autres mises au jour de manuscrits. Certains sont rédigés en hébreux, d’autres en araméen et en grec. Le jeune berger, montre sa découverte à un antiquaire de Bethléem qui les acheminent aux Etats-Unis auprès d’un expert. Mises au courant de cette prodigieuse découverte, les autorités israéliennes s’emploient à rapatrier les précieux manuscrits. Mais cette nouvelle, fait aussi son chemin jusqu’à un certain père dominicain Roland de Vaux, directeur de l’Ecole biblique française de Jérusalem. Enthousiasmé par la découverte, il entreprend d’inspecter les lieux proches de la fameuse grotte. C’est ainsi qu’il trouve, entre 1947 et 1956 plusieurs autres jarres contenant des manuscrits. Pour y arriver, Il inspecte, avec l’aide de collaborateurs, plus de deux cents grottes. Cela lui permet de mettre la main sur d’autres manuscrits répartis dans 11 nouvelles grottes. En tout, c’est plus de 600 000 fragments issus de 900 rouleaux, qui ont pu être collectés. L’analyse de ces textes prend des décennies. En effet, ce n’est qu’en 2009 que les résultats sont publiés. Le contenu des textes correspond presqu’entièrement à l’Ancien Testament. Il ne manque que le Livre d’Esther. Le manuscrit le plus remarquable retrouvé est très certainement le Livre d’Isaïe. Il constitue le texte complet le plus ancien de la Bible (2e siècle avant J.C.). Le rouleau est exposé au Sanctuaire du Livre du Musée d’Israël.
Le contenu des textes ayant été élucidé, il demeure à déterminer qui les a écrit.  Une hypothèse est soulevée : celle des Esséniens. En effet, tout près des grottes, se trouvent les ruines d’un ancien établissement essénien, dit Khirbet Qumran. C’est la raison pour laquelle ces textes sont aussi appelés les Manuscrits de Qumran. On a retrouvé sur ce site, les mêmes jarres qui contenaient les rouleaux. De plus, la datation au carbone 14 fait remonter la rédaction de ces textes à environ 250 av. J.C. à 70 après J.C. Cela correspond à la période d’existence de cette secte judaïque. De plus, l’analyse de l’encre révèle une forte concentration en brome. Ce qui laisse supposer que les textes ont été rédigés tout près des rives de la Mer morte. Les experts sont encore divisés sur cette question malgré les différents indices pointant vers les Esséniens.

Ma suggestion de lecture :

QUMRAN
Auteur : Eliette ABÉCASSIS
Éditeur : Albin Michel
Paru : 4 décembre 2015
Format : Ebook
Disponible : Decitre (ePub), Amazon.fr (kindle),  Amazon.ca (kindle), Numilog (ePub), Archambault (ePub), Leslibraires.ca (ePub), Kobo, Nook

Résumé:

Le vol d’un des précieux manuscrits de la mer Morte, découverts en 1947 dans les grottes de Qumran, précipite Ary, jeune juif religieux, fils d’un archéologue israélien, dans une enquête jalonnée de cadavres. De cadavres crucifiés. Ceux des savants ou des prêtres qui ont eu entre les mains un de ces manuscrits …
Quels terribles secrets renferment-ils donc, pour être toujours en grande partie soustraits, cinquante ans après, à la connaissance du public et des scientifiques ? Les énigmes qui entourent la vie et la mort de Jésus ont-elles donc des enjeux susceptibles de provoquer ces meurtres atroces ?
Avec ce récit érudit et palpitant, dont l’intrigue se joue sur deux mille ans de l’histoire humaine, Eliette Abécassis nous donne — à vingt-sept ans ! — un formidable thriller théologique, que ne renierait sans doute pas Umberto Eco.
(Résumé tiré du site Babelio)






Découvertes de nouveaux blogues québécois!



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *