Le massacre de Deerfield et Eunice Williams

raid_DeerfieldQuinze ans après le massacre de Lachine perpétré par des Iroquois le 5 août 1689, il y a un événement du même genre, mais moins connu, qui se déroula dans le nord-est de l’Amérique : Le massacre ou le raid de Deerfield.  Le 29 février 1704, au petit matin, une bande de 50 français et de 250 Abénakis munis de raquettes et de plusieurs armes, franchirent la palissade cernant le village de Deerfield au Massachusetts.  Les habitants, pour la plupart, furent surpris dans leur sommeil.  Les hommes tentèrent de réagir rapidement.  Plusieurs, retranchés dans la maison des Sheldon, tinrent en respect les agresseurs. Mais les attaquants étaient trop nombreux.  Plusieurs habitants furent tués et l’on mit le feu à quelques-unes des maisons du village. Plus d’une centaine de personnes furent faites prisonnières et entraînées sur les chemins menant au Canada.  Le voyage était très pénible et certains moururent en route.  C’est le cas d’une jeune femme enceinte qui fut abattue, car l’épreuve était au-dessus de ses forces. Beaucoup d’enfants faisaient partie du groupe de marcheurs.  Les Français et les Abénakis partagèrent leur rations avec eux et beaucoup réussirent ainsi à survivre. C’est le cas de beaucoup d’enfants.  Ceux-ci furent adoptés par des tribus autochtones ou par des familles françaises.  Ils durent se convertir au catholicisme.  Ils reçurent ainsi de nouveaux noms, faisant plus « catholique ».  Certains refusant de se convertir furent renvoyés en Nouvelle-Angleterre, en échange d’une rançon.

Parmi tous ces individus, il y a une jeune fille de sept ans qui fut adoptée par une famille iroquoise installée à Khanawake près de Ville-Marie (Montréal).  Elle s’appelait Eunice Williams et était la fille du ministre puritain de Deerfield.  Elle fut baptisée et nommée Marguerite. Devenue adulte, elle épousa un iroquois nommé François-Xavier Arosen.  Elle demeura toute sa vie en Nouvelle-France et ne donna pas suite aux demandes répétées de sa famille qui offrait une rançon en échange de se libération.  Elle vécut jusqu’à l’âge vénérable de 89 ans.

Pour lire plus en détails, un livre en anglais est disponible en format numérique:

unredeemed_captiveTHE UNREDEEMED CAPTIVE : A FAMILY STORY FROM EARLY AMERICA
Auteur : John DEMOS
Éditeur : Vintage
Paru : 28 mars 1995
Disponible : Amazon.com (Kindle), Amazon.ca (Kindle)

Résumé :

The setting for this haunting and encyclopedically researched work of history is colonial Massachusetts, where English Puritans first endeavoured to « civilize » a « savage » native populace. There, in February 1704, a French and Indian war party descended on the village of Deerfield, abducting a Puritan minister and his children. Although John Williams was eventually released, his daughter horrified the family by staying with her captors and marrying a Mohawk husband.

Out of this incident, The Bancroft Prize-winning historian John Devos has constructed a gripping narrative that opens a window into North America where English, French, and Native Americans faced one another across gilfs of culture and belief, and sometimes crossed over.


Il y a aussi un roman intéressant sur le massacre comme tel :

1704
Auteur : Mylène GILBERT-DUMAS
Éditeur : VLB Éditeur
Paru : Juin 2010
Format : Ebook
Disponible : Kobo, Archambault (ePub), Renaud-Bray (ePub), Amazon.ca (kindle), Numilog (ePub)

Résumé :

Alice Morton, jeune Anglaise timide et modeste, mène une vie paisible à Deerfield, en Nouvelle-Angleterre, où elle a des parents, des amis, un fiancé. Mais, le 29 février 1704, sa vie bascule lorsque son village est attaqué par des Français et des Indiens. Ces derniers font une centaine de prisonniers, dont Alice. Durant deux mois, elle est contrainte à une marche forcée qui la conduit au Canada, où l’on prévoit la vendre. Au cours de ce voyage périlleux, Alice voit des amis et des voisins mourir sous ses yeux, les uns succombant aux difficultés de la route, les autres victimes des brutalités de leurs maîtres indiens, tandis qu’elle-même se découvre un courage insoupçonné. Peu à peu, elle en vient à comprendre la colère légitime du peuple indien, à deviner l’humanité de son maître, Mamôtkas. Et le lecteur assiste à la progressive et fascinante transformation d’une jeune fille obéissante et effacée en une femme décidée et courageuse. Tirée d’une légende née dans la région de Sherbrooke, cette histoire bouleversante, riche en rebondissements et en fines observations sur le comportement humain, transporte le lecteur dans l’Amérique encore sauvage du début du XVIIIe siècle.

 

 

Arthur Phillip et son rôle dans la fondation de l’Australie

arthur_phillips

Arthur Phillip

Arthur Phillips (1738-1814) est le premier gouverneur de l’Australie (1788-1792). Il est aussi le fondateur de la ville de Sydney.
En 1770, le navigateur James Cook atteint la côte est de l’Australie, que l’on nomma la Nouvelle-Galles du Sud. À la demande de Lord Sydney (ministre de l’Intérieur d’Angleterre), Arthur Phillip commande la First Fleet dont la mission est de fonder une colonie pénitentiaire à la Nouvelle-Galles du Sud.  Il atteint les côtes de la nouvelle colonie le 26 janvier 1788 après 8 mois de navigation.  Cette date est demeurée importante pour les Australiens car elle correspond aujourd’hui à leur fête nationale. L’accompagne, 11 navires et environ 700 prisonniers (petits voleurs principalement de Londres) et gardiens.  Considérant le premier site très pauvre pour l’agriculture et trop exposé pour en assurer une défense convenable, il opte pour le site de Port Jackson (aujourd’hui le port de Sydney). 

port_jackson

Port Jackson

Les débuts de la colonie sont très difficiles à cause, entre autres, de la pauvreté du sol et du peu d’expertise de la population en matière d’agriculture.  Ces lacunes laissent toujours planer l’ombre de la famine sur la colonie. Mais tant bien que mal, celle-ci se maintient en s’approvisionnant dans d’autres ports à proximité.  Peu à peu, les prisonniers acquièrent leur liberté et se font attribuer des terres pour l’exploitation agricole. Mais l’arrivée incessante de nouveaux prisonniers, teste toujours les capacités de la colonie.  Cependant, les choses se stabilisent, surtout avec la mise sur pied de l’industrie baleinière ainsi que celle de l’élevage du mouton, suite à l’importation de plusieurs bêtes.
Arthur Phillip, noua au cours de ses années comme gouverneur, de bonnes relations avec les autochtones.  Les Eoras, quoique très belliqueux, se montrèrent respectueux envers l’homme et sa mission.  Il noua même des liens avec un des chefs Bennelong.
En 1792, Phillips, dont la santé décline à cause d’une malnutrition chronique est finalement rappelé en Angleterre.  Il en profite pour emmener avec lui son ami Bennelong.  Il traîne aussi dans ses cales, de nombreuses espèces végétales inconnues en Occident.  Il finit ses jours paisiblement à Bath en Angleterre.

Pour en apprendre davantage sur l’homme et sur la fondation de l’Australie, je vous recommande le livre suivant :phillip_spy_novel

ARTHUR PHILLIP SAILOR, MERCENARY,
GOVERNOR, SPY
Auteur : Michael PEMBROOKE
Éditeur : Hardie Grant Books
Paru : 1er août 2013
disponible : Amazon (kindle), Amazon.ca (Kindle)

 

Un nouveau site viking découvert à Terre-Neuve

L’historien Dan Snow et l’archéologue Sarah Parcak ont peut-être mis au jour un nouveau site d’établissement Viking à Terre-Neuve-et-Labrador au Canada.  En effet, l’équipe a découvert un possible foyer viking.  Les caractéristiques de ce foyer correspondent au modèle employé par les scandinaves à l’époque.  Huit kilos de fer des marais ont aussi été découverts sur le site. De plus, une grosse pierre susceptible d’avoir pu servi à la fabrication de ce type de métal a été trouvé sur le site.. Comme les Vikings étaient des fabricants connus de ce type de matériau, il est hautement probable, que cela puisse prouver qu’il y ait eu plus d’un établissement Viking en Amérique.
pointe_rosee
Cet établissement est situé à Pointe Rosee au sud-ouest de l’Île de Terre-Neuve.  L’autre site reconnu est situé au nord de l’Île à l’Anse-aux-Meadows à environ 800 miles de Pointe Rosee.  Si la datation au carbone 14 que sera établie s’avère différente et surtout antérieure à celle établie à l’Anse-aux-Meadows, il sera extraordinaire de penser que les Vikings ont peut-être davantage exploité les ressources du Nouveau Monde.
 
Pour plus d’informations, voir le reportage de la National Geographic.