Le Ku Klux Klan

Le Ku Klux Klan est une organisation prônant la supériorité de la race blanche. Elle est née aux Etats-Unis en 1865 en réaction à la défaite sudiste lors de la guerre de sécession. Certains sudistes ont mal réagi à l’imposition par le nord de politiques égalitaires qui venaient directement en contradiction avec leur mode de vie. Les fondateurs de ce regroupement sont six anciens soldats sudistes : J. Calvin Jones, Frank O. McCord, Richard R. Reed, John B. Kennedy, John C. Lester, James R. Crowe. C’est l’un d’eux qui a eu l’idée d’utiliser les mots Ku Klux. Ils viennent du mot grec kuklos, qui veut dire cercle de lumière. Et comme les fondateurs étaient d’origine écossaise, ils ont a décidé d’ajouter le mot Klan, venant de Clan, à la fin. Donc, après la Guerre de Sécession, il y a plus de quatre millions de personnes qui sont libérées du joug de l’esclavage.  Pour certains blancs, cette situation s’avère intolérable. C’est pourquoi ils se regroupent et fondent le Ku Klux Klan. Ils décident de se doter d’un costume constituer d’une longue robe blanche et d’une cagoule pointue de la même couleur qu’ils revêtent la nuit lors d’équipées organisées dans le but de terroriser les populations noires. L’organisation se dote aussi d’un objectif politique. Celui d’investir le parti démocrate qui est pro-esclavage et de faire prévaloir des politiques qui sont favorables aux blancs au détriment des noirs et de défaire toute initiative égalitaire. Mais le Ku Klux Klan ne se résume pas uniquement à cet objectif. La nuit, les membres, des hommes de bonnes familles, se transforment en persécuteurs.  Ils se plaisent à torturer les personnes qui ne cadrent pas dans la définition de l’homme blanc supérieur. C’est ainsi que des juifs, des homosexuels, des catholiques, des prostituées, des alcooliques sont persécutés. L’on assiste alors à toutes sortes de violences : marches forcées humiliantes (très souvent les personnes sont nues), flagellations, émasculations, éventrations de femmes enceintes, viols, marques au fer rouge.  Ces sévices sont trop souvent le prélude à l’assassinat pur et simple par pendaison ou par la mise au bûcher.
Ce qui peut paraître effrayant, c’est que, quelques années après la fondation du groupe, c’est plus de 500 000 membres qui investissent les rangs du KKK. Entre 1866 et 1914, environ 4600 personnes furent tuées par le KKK. Il faut cependant l’assassinat d’un sénateur blanc en 1871, pour que les autorités daignent se préoccuper du phénomène et décident de rendre le KKK hors-la-loi. Mais malgré l’anathème, le KKK continue ses activités. Peu de ses membres sont inquiétés faute de preuves. De plus, de nombreuses lois ségrégationnistes sont adoptées par les démocrates au pouvoir. Par exemple, les mariages interraciaux sont interdits, la séparation des noirs et des blancs est imposée dans les transports, les lieux publics, les écoles, les hôpitaux, etc. Les démocrates vont aussi tenter de dissuader les noirs de voter en adoptant des mesures comme des taxes à payer par les noirs aux bureaux de votation, des tests d’alphabétisation pour avoir le droit de voter et imposent un découpage électoral défavorisant les populations noires. Après 1915, le KKK redevient légal et reprend de la vitalité en combattant tout ce qui peut nuire aux WASP (White Anglo Saxons Protestants). Que ce soit le communisme, le féminisme, l’athéisme, du syndicalisme, le KKK est toujours fin prêt pour combattre ces nouvelles idéologies. Les membres usent donc des mêmes techniques que celles utilisées au siècle précédent. Dans les années 1920, le KKK compte environ cinq millions de membres. Leur influence commence à gêner les autorités qui adoptent des mesures pour les contraindre. À titre d’exemple. il devient interdit de porter des masques lors de fêtes. En 1928, le KKK est de nouveau rendu illégal. Mais lors de la 2e guerre mondiale, certains de ses sympathisants appuient les politiques nazies. En 1944, le KKK disparaît par une mise en faillite. Depuis ce temps, il n’est jamais réapparu comme une forte organisation. L’on a plutôt affaire à des groupuscules d’extrême-droite. Et vous savez quoi, la plupart d’entre-eux se réclament de… Donald Trump.

Ma suggestion de lecture:

LES SECRETS DU KU KLUX KLAN
Auteur : Raphaël COUNE
Éditeur : 50minutes
Paru : 5 janvier 2016
Format : Ebook
Disponible : Decitre (ePub), Amazon.fr (kindle), Amazon.ca (kindle), Numilog (ePub), Archambault (ePub), Renaud-Bray (ePub), Leslibraires.ca (ePub), Kobo, Nook

Résumé :

Découvrez enfin tout ce qu’il faut savoir sur le Ku Klux Klan en moins d’une heure ! 

Si tout le monde a entendu parler du Ku Klux Klan et des actes de violence perpétrés par ses membres, peu nombreux sont ceux à savoir ce qu’est réellement le KKK. Formée un siècle avant le décès de Martin Luther King, la société secrète avait pour vocation de défendre les femmes et les orphelins sudistes. Vêtus de draps, les membres se réunissaient la nuit, défilaient dans les rues et effrayaient les Noirs. Mais ce qui n’était à l’origine que de simples plaisanteries se transforme en séances d’intimidation et en lynchages. Les débordements ont rapidement lieu et bientôt plusieurs personnes perdront la vie…

Ce livre vous permettra d’en savoir plus sur :


   • L’histoire du Ku Klux Klan
   • Ses membres les plus éminents
   • Les buts et le fonctionnement du KKK
   • Les controverses et scandales dans lesquels le Ku Klux Klan est impliqué

Le mot de l’éditeur :
« Dans ce numéro de la collection « 50MINUTES Société secrètes », Raphaël Coune nous présente l’histoire du Ku Klux Klan. Si tout le monde se représente bien l’accoutrement de ses membres et les croix enflammées qui les caractérisent tant, les véritables objectifs du KKK restent à bien des égards assez mystérieux. Entre volonté de protéger veuves et orphelins et sauvegarde de la suprématie blanche, le Ku Klux Klan n’a pas encore révélé tous ses secrets. » Stéphanie Dagrain

À PROPOS DE LA SÉRIE 50MINUTES | Sociétés secrètes
La série Sociétés secrètes de la collection « 50MINUTES » présente une dizaine d’organisations mystérieuses qui ont défrayé les chroniques. Chaque livre a été pensé pour les lecteurs curieux qui veulent faire le tour d’un sujet précis, tout en allant à l’essentiel, et ce en moins d’une heure. Nos auteurs combinent les faits historiques, les analyses et les nouvelles perspectives pour rendre accessibles des siècles d’histoire. 

 

Kuklos

KUKLOS
Auteur : Sylvain RICARD et Christophe GAULTIER
Éditeur : Futuropolis
Paru : 3 janvier 2017
Format : Ebook
Genre : Bande dessinée
Disponible : Decitre (ePub fixed layout), Amazon.fr (kindle), Amazon.ca (kindle), Kobo

Résumé :

Dans les années 20, un jeune Américain du Sud des Etats-Unis découvre un jour que son père est un membre éminent du Ku-Klux-Klan. Un « klaniste », comme ils se baptisent entre eux. A l’’époque, le « Klan » se montre particulièrement actif contre la minorité noire. Humiliations, enlèvements, assassinats, expéditions punitives, pendaisons, lynchages : la liste des exactions commises ressemble à une triste litanie. Le jeune homme, Thomas Jackson, va être initié et rejoindre à son tour la confrérie. Peu à peu, il va gravir les échelons de l’’organisation. Les credo du Klan deviendront les siens : défendre la suprématie de la « race » blanche, lutter contre l’’influence des communistes et des Juifs, « sauver les Etats-Unis d’’Amérique », comme le lui rappelle l’’un de ses nouveaux compagnons. Mais les luttes internes ne sont pas rares. Thomas Jackson va devoir affronter des factions rivales et composer avec les ambitions personnelles de certains membres de son organisation. Jusqu’’au jour où une descente dans un combat de boxe organisé par la communauté noire va virer au cauchemar. Et les agresseurs, trop sûrs de leur force et de leur supériorité numérique, vont se retrouver pris au piège, confrontés à la soif de vengeance de leurs victimes d’hier. Le goût amer de la défaite va se doubler de règlements de compte sordides…

Kuklos est un récit sombre et sans concessions. Une plongée jusqu’’à la nausée dans la folie meurtrière des membres du Klan, secte fanatisée et imprégnée d’’une violence obsessionnelle contre les Noirs. La description des rituels en pleine forêt, des cérémonies d’’initiation et du code verbal utilisé par les Klanistes donne une force documentaire à cette fiction, organisée autour de l’’affrontement entre Jackson et Hummond, un « Kluxer » assoiffé de violence brute. Les scènes décrites donnent froid dans le dos, et le déferlement de haine aveugle qui habite ces Blancs donne à voir l’’une des parts d’ombre de l’’Histoire américaine. La narration est parfaitement maîtrisée : au rythme du texte écrit par le scénariste répond l’enchaînement implacable des vignettes. Alignées l’’une après l’’autre sans fioriture ni effet gratuit, elles évoquent une mécanique inexorable conduisant les protagonistes de ce drame vers le destin tragique qui les attend.
Sylvain Ricard, scénariste de Kuklos, travaille dans la recherche médicale appliquée à la génétique humaine. Passionné de bande dessinée, il est le fondateur d’’un site internet généraliste consacré à la BD (bdscope.org) et préside une association destinée à la promotion de jeunes auteurs. Le dessinateur, Christophe Gaultier, vient de l’’animation et de l’illustration de presse. Il a publié en 2000 son premier album aux éditions Paquet, intitulé Grise mine. Son trait, qui évoque par moments celui d’’un de Crécy, conserve toute la spontanéité du crayonné et possède une noirceur qui sert admirablement le récit. La mise en couleurs, mêlant les tons ocre et les couleurs flamboyantes, convient idéalement à cette histoire où le tragique affleure à chaque coin de page. Kuklos donne à voir une certaine vision de l’’Amérique. Pas la plus glorieuse, certes. Mais une vision devant laquelle il s’’agit de ne pas se voiler la face : après tout, le Ku-Klux-Klan reste encore en activité aujourd’’hui. Une bande dessinée qui ajoute aux ressorts dramatiques de la fiction la vigilance nécessaire offerte par le témoignage.
Histoire complète en 1 volume.
(Résumé tiré du site Babelio)

La rose dans le bus jaune

LA ROSE DANS LE BUS JAUNE
Auteur : Eugène EBODÉ
Éditeur : Éditions Gallimard
Paru : 18 février 2016
Format : Ebook
Disponible : Decitre (ePub), Amazon.fr (kindle), Amazon.ca (kindle), Numilog (ePub, pdf), Archambault (ePub), Renaud-Bray (ePub, pdf), Leslibraires.ca (ePub, pdf), Kobo

Résumé :

‘Young Man, J’ai reçu votre charmante lettre. Il m’aurait plu de m’entretenir avec vous, même un court instant, de l’année du boycott à Montgomery que vous avez joliment appelée notre « odyssée de l’égalité ». Hélas, la médecine m’oblige à garder la chambre. Non, votre question sur ma résistance dans le fameux bus jaune ne m’agace pas. Ce geste ne fut pas prémédité. Je suis simplement restée assise pour tenir debout. Nous avons, Blancs et Noirs, bravé férocité, intimidations, crachats et intempéries au nom de la dignité humaine. Ah! si vous saviez combien les images des chiens aux yeux luisants, aux babines rouge sang, et lancés à nos trousses lors des marches pacifiques ont mis du temps à s’effacer de ma mémoire. Mais le « I have a dream » de Martin Luther King, ponctué de vibrants « Yes sir! » devant le Lincoln Memorial à Washington, résonne encore en moi comme un puissant hymne de fraternité. J’ai côtoyé des êtres exceptionnels et des gens haineux et stupides! Ils venaient de tous les camps, y compris du nôtre. Dans le texte que je vous envoie, je parle enfin de Douglas White junior, ce Blanc qui voulut s’asseoir à ma place et que l’histoire a ignoré. Il fait partie de ces incroyables personnages que le combat pour les droits civiques m’a aussi permis de découvrir. Lisez-moi, young man, et n’oubliez pas de me répondre, ne n’oubliez pas. Rosa’
(Résumé tiré du site Babelio)