Les naufragés de l’Île Tromelin

Voici une histoire hors du commun…
Tout commence le 17 novembre 1760 à Bayonne en France. Dans le port de la ville, un navire négrier « L’Utile » appareille et prend la mer avec 142 membres d’équipage à son bord. En escale à l’île de Madagascar pour se réapprovisionner, le capitaine fait embarquer discrètement 160 esclaves malgaches destinés aux plantations de La Réunion.  Poursuivant sa route, le capitaine emprunte un passage moins fréquenté et plus risqué. Son navire s’échoue le 31 juillet, sur les hauts fonds ceinturant une toute petite île au nord de l’Île de la Réunion.  À l’époque, on appelait cet ilot, l’Île des sables.  ile_tromelinLe naufrage fait plusieurs victimes.  Sur les 160 esclaves, seuls la moitié survivent.  Du côté des membres de l’équipage, seuls vingt matelots trouvent la mort.  Les esclaves et les membres de l’équipage sont donc amenés à collaborer pour survivre. Certains des rescapés réussissent à construire un petit bateau de fortune.  Mais seuls les blancs sont admis à bord.  Les 80 esclaves sont donc laissés à eux-mêmes. Ayant réussi à rejoindre Madagascar, le commandant en second de l’Utile, Barthélémy Castellan du Vernet tente d’organiser des équipes de secours, tel qu’il l’avait promis aux esclaves naufragés, mais les autorités en place, ne lui donnent pas l’autorisation.  Les esclaves, considérés comme morts, demeurèrent quinze sur l’Île avant d’être retrouvés.  D’autres tentatives de sauvetage avaient été tentées mais sans succès.  Il faut donc attendre 1776, pour que le chevalier Tromelin, à bord de la « Dauphine » parvienne à ramener les survivants à bon port.  À ce moment-là, seules sept femmes et un bébé de 8 mois sont retrouvés.

Pour en lire davantage sur les façons dont les naufragés ont trouvés pour survivre, je vous recommande:

naufragesLES NAUFRAGÉS DE L’ÎLE TROMELIN
Auteur : Irène FRAIN
Éditeur : J’ai Lu
Paru : 2010
Disponible : Amazon.fr (papier), Amazon.ca (papier)

Résumé (tiré du site Babelio)
Un minuscule bloc perdu dans l’océan Indien. Cerné par les déferlantes, harcelé par les ouragans. C’est là qu’échouent, en 1761, les rescapés du naufrage de L’Utile, un navire français qui transportait une cargaison clandestine d’esclaves.
Les Blancs de l’équipage et les Noirs de la cale vont devoir cohabiter, trouver de l’eau, de la nourriture, de quoi faire un feu, survivre. Ensemble, ils construisent un bateau pour s’enfuir.
Faute de place, on n’embarque pas les esclaves, mais on jure solennellement de revenir les chercher. Quinze ans plus tard, on retrouvera huit survivants : sept femmes et un bébé. Que s’est-il passé sur l’île ? À quel point cette histoire a-t-elle ébranlé les consciences ?
Ému et révolté par ce drame, Condorcet entreprendra son combat pour l’abolition de l’esclavage.