La vie volée de Martin Sourire

LA VIE VOLÉE DE MARTIN SOURIRE
Auteur : Christian CHAVASSIEUX
Éditeur : Phébus
Paru : 3 janvier 2017
Format : Ebook
Disponible : Decitre (ePub), Amazon.fr (kindle), Amazon.ca (kindle), Archambault (ePub), Leslibraires.ca (ePub), Kobo

Résumé :

La reine Marie-Antoinette a longtemps désespéré d’être grosse, comblant son manque d’enfants par l’adoption d’orphelins. Comme ce gosse recueilli au bord d’une route et qu’elle prénomme Martin. Il a une bouille de chérubin, et un sourire permanent qui ne trahit pas ses angoisses intimes. Parce qu’il ne parle pas, il gagne très vite à Versailles une réputation de petit sauvage. C’est au Hameau, près du Petit Trianon, qu’il grandit, vacher d’une ferme modèle où la monarque aime s’imaginer une bergère. Mais est-ce réellement sa place ? Christian Chavassieux nous emporte dans la tourmente révolutionnaire. De la grouillante rue parisienne aux cuisines d’un luxueux restaurant, du bureau d’un architecte utopiste à la Vendée des massacres, il ressuscite les goûts et les dégoûts d’une époque d’espoirs et de trahisons. Sans que la précision de la documentation n’empiète sur le plaisir de raconter une histoire. On ne peut pas lâcher ce roman d’apprentissage sur un enfant de la patrie à la recherche d’une famille. Né en 1960, Christian Chavassieux vit près de Roanne. Il est notamment l’auteur des romans de science-fiction, Mausolées et Nefs de Pangée chez Mnémos, et du roman historique L’affaire des vivants, prix Lettres Frontières 2015, chez Phébus.

L’Affaire du collier de la Reine

collier_reine

Le fameux collier

Cette affaire a déchaîné les passions au XVIIIe siècle en France.  Il s’agit d’une grande escroquerie, dont le cardinal de Rohan, fut la victime et qui entacha la réputation de la reine Marie-Antoinette.
Louis XV, juste avant sa mort, commanda un collier extravagant pour sa maîtresse de l’époque : la duchesse du Barry.  Il mourut avant la fin de la confection du bijou.  Le collier se retrouva donc sans commanditaire. Les joailliers parisiens Paul Bassange et Charles Auguste Bohrer, tentèrent de le vendre à la reine Marie-Antoinette, mais sans succès.  Le reine ne voulait en aucun cas porter un bijou destiné préalablement à Madame du Barry qu’elle abhorrait.  Avec un bijou de 1,6 million de livres invendu, la faillite attendait donc les deux joailliers. Mais cela, c’était sans compter sur l’ambition, la convoitise et le cupidité d’une certaine Jeanne de Valois-Saint-Rémy, une descendante illégitime du roi Henri II.  Cette dernière, provenant d’un milieu modeste, désirait par dessus tout s’élever dans l’aristocratie et être introduite à la cour.  En faisant la connaissance du cardinal de Rohan, elle saute sur l’occasion.  Elle fait semblant d’être une intime de la reine et entreprend une correspondance avec le cardinal en se faisant passer pour la reine.  Ce subterfuge fonctionne à merveille.  Pour ajouter à la vraisemblance, la comtesse emploie une jeune fille recommandée par Cagliostro.  Elle est un véritable sosie de la reine.  Elle se présente voilée au cardinal et celui-ci n’y voit que du feu et se fait pardonné le passé par la fausse reine. La comtesse continue son intrigue, et dans ses échanges épistolaires qui continuent, elle confie au cardinal qu’elle désire acheter le fameux collier mais qu’en en a pas les moyens.  Elle demande donc au cardinal d’avancer un montant devant servir d’acompte, qu’elle transmettra elle-même aux joailliers.  Le cardinal se soumet sans arrière pensée.  il ne se doute pas que la comtesse disparaîtra dans la nature avec le collier.
Finalement, l’affaire est mise au jour lorsque les joailliers, ne recevant pas le montant de la première échéance , pressent la reine de donner suite.  Celle-ci ne comprenant pas la demande des joailliers, demande au garde des Sceaux de faire le lumière sur cette affaire.  La vérité éclate alors. Le cardinal de Rohan est arrêté.  Mais bien vite l’on découvre qu’il n’est qu’une victime.  La comtesse et ses acolytes son arrêtés et emprisonnés.  Pour sa part, Jeanne de la Motte est marquée au fer rouge de la lettre V pour indiquer qu’elle est une voleuse.
Marie-Antoinette, quoique victime aussi dans cette affaire, ne fut jamais disculpée tout à fait aux yeux du peuple.  Ce peuple qui est à la veille de se soulever…

Pour lire un livre sur cette fameuse affaire, je vous recommande :collier_reine_dumas

LE COLLIER DE LA REINE
Auteur : Alexandre DUMAS
Disponible : sur le site Ebooksgratuits (Gratuit et libre de droits)