Aventures du chevalier de Beauchêne, capitaine de flibustiers dans la Nouvelle-France

AVENTURES DU CHEVALIER DE BEAUCHÊNE, CAPITAINE DE FLIBUSTIERS DANS LA NOUVELLE-FRANCE
Auteur : Alain-René LESAGE
Éditeur : CLAAE
Paru : 4 février 2018
Format : Ebook
Disponible : Decitre (ePub), Amazon.fr (kindle), Amazon.ca (kindle), Renaud-Bray (ePub), Leslibraires.ca (ePub), Kobo

Résumé :

Le Chevalier de Beauchêne a réellement existé et ses aventures,  » romancées  » par Alain-René Le Sage n’ont pas eu besoin d’être enjolivées tant elles sont extraordinaires. Né en 1686, Robert Chevalier fuit sa famille de Canadiens français et se fait adopter par la tribu d’Iroquois qui ravage la région de Québec. L’Amérique est alors le terrain d’affrontements entre Anglais et Français. Notre héros va se mêler à ses derniers pour s’essayer à la  » guerre sur mer « , qui va le mener de Saint-Domingue à la Jamaïque, de l’Irlande aux Antilles, de la côte africaine à Rio de Janeiro en passant par… Rouen. Robert Chevalier, dit de Beauchêne, est aussi bagarreur que coureur de jupons, Tué lors d’un duel, il a laissé un brouillon de ses mémoires que Le Sage a sublimement mis en forme. Ce classique du récit de voyage n’avait pas été réédité depuis quarante ans.

Barberousse, roi de la Méditerranée

De son vrai nom, Khizir Khayr ad-Dîn, Barberousse est un pirate qui a fait la loi en Méditerrannée aux 15e et 16e siècles.  Né en 1466 à Lesbos, une île grecque proche de la Turquie d’aujourd’hui, il se fait d’abord potier comme son père. Son frère aîné Arudj est, quant à lui, corsaire. Il est fait prisonnier et retenu dans une prison de l’île de Rhodes. Khizir décide donc d’aller le délivrer.  C’est de cette façon qu’il débute sa carrière de corsaire. Après la mort de son père, lui et son frère Ishaq, rejoignent leur frère aîné Arudj, corsaire sur des navires turcs en Méditerrannée. Sous le commandement de leur aîné, les trois frères assurent des convois de musulmans et de sépharades fuyant l’inquisition espagnole instituée par la reine Isabelle la catholique, pour rejoindre l’empire ottoman en 1492. C’est à cette époque qu’il commence à se faire appeler « Barberousse ». Étrange, car il semble qu’il soit plutôt châtain…  C’est plutôt son frère aîné qui est roux. Quoi qu’il en soit, ce surnom lui reste jusqu’à la fin de sa vie. Les trois frères entreprennent alors une carrière dans la « guerre de course » en usant d’actes de piraterie à l’encontre de navires chrétiens. Suite à ces activités qui le rend célèbre dans le monde méditerranéen, il est nommé Bey à Alger par les corsaires et les soldats, suite au décès de son frère Arudj. Durant cette période de sa vie, Khizir fait allégeance à l’empire ottoman car il craint une attaque des espagnols. Le sultan Sélim 1er (père de Soliman le Magnifique), lui envoie en retour 2000 janissaires et 4000 soldats turcs. Mais il perd une bataille importante contre les kabyles et doit leur céder la ville d’Alger. Pendant quatre ans, il reprend ses activités de piraterie afin de se refaire une fortune. Par la suite, il recommence ses conquêtes. Il subit une défaite cuisante en 1526 contre la flotte pontificale sous le commandement d’Andrea Doria. Il continue tout de même ses tentatives de conquêtes et parvient en 1529 à vaincre les espagnols à Alger en prenant et détruisant le Penon d’Alger (forteresse). Démantelée, elle sert par la suite à la construction d’une rade. C »est le port d’Alger qui est ainsi créée. En 1531, il défait la flotte d’Andrea Doria qui s’était attaqué à une partie de sa flotte. Il le poursuit, et sur son passage, il ravage les côtes de Provence et les côtes italiennes. En 1533, il est convoqué à Constantinople par Soliman le Magnifique qui le fait Grand amiral de la flotte ottomane. Il devient ainsi pacha de l’empire. En poste dans la capitale ottomane, il réorganise la flotte impériale et fonde littéralement la marine ottomane. L’année suivante, il dirige une mission que lui confie le Grand Vizir Ibrahim Pacha. Elle consiste à capturer Giulia Gonzagua, considérée a l’époque comme la plus belle femme d’Italie, afin de faire d’elle la concubine de Soliman afin de déloger la maîtresse de celui-ci, la belle et puissante Roxelane (Hürrem). Mais, la belle réussit à échapper à ses kidnappeurs. Barberousse, frustré par cet échec, commande alors  l’exécution des habitants de Fondi, ville ou se trouve le château de l’italienne. L’année 1538, est marquée par la fameuse bataille navale de Prévéza. Andrea Doria, à la solde de Charles Quint, se présente avec une énorme flotte réunie par la Sainte Ligue, devant celle de Barberousse. Aucun combat n’est engagé, car Venise se retire de la Ligue et Andrea Doria est obligé de retraiter. Ce non-affrontement marque le début de la prédominance de la flotte ottomane en Méditerranée. En 1543, l’empire ottoman devient l’allié de François 1er de France. Les deux nations entreprennent de nombreuses campagnes navales et ravagent les côtes italiennes.  À la fin de sa vie, Barberousse fait construire une mosquée et un mausolée funéraire qui existent toujours aujourd’hui.

Ma suggestion de lecture :

BARBEROUSSE – LE MAÎTRE DE LA MÉDITERRANÉE
Auteur : Geneviève CHAUVEL
Éditeur : Balland Editions
Paru : 2 février 2017
Format : Papier
Disponible : Decitre, Amazon.fr, Archambault, Renaud-Bray

Résumé :

Qui était Barberousse ? Pas seulement, comme le raconte la légende, un corsaire cupide et cruel qui semait la terreur dans toute la méditerranée. De son vrai nom Khayr-ed-Din ibn Yacoub, fils d’un ancien janissaire devenu potier dans l’’île de Mytilène, en Grèce, Barberousse fut un brillant navigateur aux côtés de son frère Aroudj auquel il a succédé sur le trône d’’ Alger. Grand chef politique, habile et fin stratège, il deviendra le personnage incontournable dans la lutte à mort à laquelle se livrèrent Soliman, Charles Quint et François 1er au XVI° siècle.
Geneviève Chauvel, historienne et romancière, nous livre ici un portrait sans concession, vibrant et flamboyant, de cet homme au destin hors du commun.

La Dame de Panama

LA DAME DE PANAMA
Auteur : Camille BOUCHARD
Éditeur : HMH Hurtubise
Paru : 24 mai 2012
Format : Ebook
Disponible : Archambault (pdf), Renaud-Bray (pdf), Leslibraires.ca (pdf)

Résumé :

Au XVIIe siècle, dans les Caraïbes, commence l’âge d’or de la piraterie. Français, Anglais et Hollandais disputent aux Espagnols les richesses que ces derniers arrachent aux populations indigènes des Amériques. Henry Morgan est un célèbre flibustier de l’époque et sa vie se veut une véritable saga. Ce récit raconte un de ses plus fabuleux exploits : la prise de la ville de Panama. Surtout, il décrit la très sensuelle et incroyable histoire d’amour qui en a résulté. Tandis que Panama est à feu et à sang, l’amiral Morgan, déçu des trésors de la cité qui vient de flamber sous ses yeux, tombe éperdument amoureux de la riche et séduisante doña María. Il s’empare de la belle et lui fait une cour étonnante. Un coup de foudre réciproque entre un pirate de légende et celle que l’histoire a surnommée la «Dame de Panama». Un grand roman d’amour!

 

 

Jean Bart, le corsaire du Roi Soleil

JEAN BART, LE CORSAIRE DU ROI SOLEIL
Auteur : Patrick VILLIERS
Éditeur : Fayard
Paru : 14 avril 2013
Format : Ebook
Disponible : Decitre (ePUB), Amazon.fr (kindle), Amazon.ca (kindle), Numilog
 (ePUB), Archambault (ePUB), Renaud-Bray (ePUB), Leslibraires.ca (ePUB), Kobo, Nook

Résumé :

Roi des corsaires, corsaire du roi, vainqueur du Texel, sauveur de Dunkerque, le héros dunkerquois est-il à la hauteur de son mythe ? Connaître Jean Bart c’est d’abord pénétrer dans l’univers complexe des corsaires, trop souvent confondus avec les pirates. C’est affronter les tempêtes de la Manche et de la mer du Nord sur des coquilles de noix. Si le gain est la motivation principale, le patriotisme flamand n’est jamais absent et les dangers de l’abordage ne sont pas un mythe. Jean Bart livre plus de dix combats corsaires et « a eu le gras des jambes emporté par un boulet ». Le destin des Bart se confond avec celui de Dunkerque. Devenue française en 1661, la ville connaît une croissance fulgurante pendant la guerre de Hollande et les travaux du roi comme les bénéfices de la course l’attachent définitivement à la couronne. Jean Bart entre dans la marine royale comme simple lieutenant de frégate. La chasse aux barbaresques, mais surtout son évasion spectaculaire des prisons anglaises et le soutien indéfectible de Vauban attirent l’attention de Louis XIV. À la tête des vaisseaux de l’escadre du Nord, Jean Bart accomplit des campagnes corsaires où il se distingue particulièrement en protégeant les convois de blé, ce qui sauve le royaume de la famine. Sa victoire du Texel lui vaut l’anoblissement et la reconnaissance personnelle du roi. Loin de dépenser ses gains dans les tavernes du port, Jean Bart fait de beaux mariages et devient alors un des premiers propriétaires immobiliers de la ville. Bon sang ne saurait mentir, son fils Cornil deviendra vice-amiral. Cette biographie de Jean Bart, devenu le symbole de l’intégration dans la France du Roi-Soleil, est aussi un document sur la marine de cette époque.

Mary Read, femme pirate

Cette femme anglaise est née aux environs des années 1690.  Nous ne connaissons pas la date exacte de sa naissance.  Nous savons par contre, qu’orpheline de père, elle doit très tôt apprendre à gagner sa vie et celle de sa mère. Après avoir perdu son frère alors qu’elle est encore une enfant, sa mère décide de l’habiller en garçon afin de pouvoir continuer à percevoir l’aide financière de la grand-mère paternelle qui doit être attribuée au fils aîné.  Ce subterfuge lui permet de décrocher un premier emploi comme valet de pied avant de s’enrôler sur un navire et enfin de s’engager, lors de la Guerre de succession d’Espagne, dans l’armée britannique. Lors de son passage dans l’armée, elle tombe amoureuse d’un maréchal des logis.  Pour pouvoir l’épouser, elle doit découvrir sa vraie nature. Ils convolent et décident d’ouvrir une auberge.  Quatre ans plus tard, son époux décède.  Elle décide donc de reprendre ses habits masculins pour subvenir à ses besoins.  Elle trouve un poste comme matelot sur un navire hollandais. Elle s’y fait appeler « Willy Read ».  Ce navire se fait attaquer par des pirates.  Elle se retrouve donc avec eux à New providence aux Bahamas.  Par la suite, elle fait la rencontre du fameux pirate Jack Rackham et de sa compagne Anne Bonny dont elle devient l’amie.  Pris en chasse par des navires britanniques, Rackam et ses acolytes ne cessent de se porter à l’attaque et font de nombreux prisonniers. Un de ceux-ci devient l’amant et le père de l’enfant de Mary. Ils sont capturés en 1720 par le capitaine Barnet envoyé par le gouverneur de la Jamaïque.  Elle et Anne évitent la pendaison en affirmant qu’elles sont enceintes.  Mais Mary meurt quelques semaines plus tard, peut-être d’une fausse-couche.
Cette femme singulière était très fière de ce qu’elle réussissait à accomplir. La preuve en est que lorsque qu’elle s’apprêtait à donner le coup de grâce à l’une de ses victimes, elle lui révélait sa féminité afin de bien lui montrer ce dont une femme est capable.

Mes suggestions de lecture :

LADY PIRATE, TOME 1 : LES VALETS DU ROIS
Auteur : Mireille CALMEL
Éditeur : XO Editions
Paru : 19 mai 2005
Format : Papier
Disponible : Decitre, Amazon.fr, Amazon.ca, Renaud-Bray

Résumé :

Londres, 1696. Déguisée en garçon depuis son enfance pour recevoir une éducation, Mary garde ses habits masculins quand elle doit se débrouiller seule, après l’assassinat de sa mère. Le sort semble s’acharner contre elle lorsque le bateau sur lequel elle a trouvé refuge est attaqué par des corsaires. C’est pourtant son destin qui se joue ce jour-là. Tombée sous le charme de Claude de Forbin, le capitaine, elle découvre l’exaltation des joutes – maritimes et amoureuses… Mais sa nature féminine l’empêche de rester sur le navire. C’est à la cour du roi Jacques, à Saint-Germain-en-Laye, que ses aventures vont continuer. Intrigues de palais et complots se trament, au sein desquels Mary ne perd jamais de vue son but : percer le secret d’un pendentif qu’elle a volé à son oncle. Cela la mènera bien plus loin qu’elle ne pouvait l’imaginer. Charnelle, violente et passionnée, Lady Pirate est une héroïne telle que Mireille Calmel excelle à les faire vivre, depuis Le Lit d’Aliénor et Le Bal des louves.


LADY PIRATE, TOME 2 : LA PARADE DES OMBRES
Auteur : Mireille CALMEL
Éditeur : XO Editions
Paru : 2 juin 2005
Format : Papier
Disponible : Decitre, Amazon.fr, Amazon.ca, Renaud-Bray

Résumé :

Vengeance ! Tel est le mot qui habite le cœur de Mary Read tandis qu’elle galope sur la route de Venise. Son mari, son grand amour, l’homme pour qui elle avait posé les armes, a été sauvagement assassiné et sa fille, la toute petite Ann, enlevée. Mais Mary est pirate, elle est combattante, elle ne se résigne pas devant le malheur. De nouveau vêtue en homme, la rage au ventre, elle se lance sur les traces de celle qui a brisé sa vie, la diabolique Emma de Mortefontaine. Elle n’a qu’une piste pour la retrouver : un marquis vénitien qui détiendrait des informations capitales sur le trésor convoité par Emma. Plus fougueuse que jamais, rendue plus forte par les épreuves, Mary entre donc dans la folie de Venise, ville de toutes les mascarades et de toutes les intrigues. Dorénavant, sa vie sera faite d’errance, de combats et d’abordages, sur toutes les mers du globe. Inlassablement elle cherche à retrouver sa fille, et à comprendre quel est ce trésor fabuleux qui déchaîne tant de passion..

L’Île des Perroquets

Robert Margerit (1910-1988) est un écrivain à lire et à redécouvrir pour qu’enfin il s’impose pour ce qu’il est : un des plus grands romanciers français du XXème siècle. Je pèse mes mots. Lisez l’Ile des Perroquets, et vous serez impressionné par les qualités de conteur, de styliste, par l’imagination et le sens dramatique de Margerit. L’Ile des Perroquets est probablement le plus grand roman français d’aventures maritimes et de pirates. Un livre qui soutient la comparaison avec les plus grands : London, Stevenson, Conrad. C’est un livre haletant, âpre, violent, qui nous plonge dans l’univers de la Flibuste et les Caraïbes du XVIIIème siècle en épousant le point de vue d’un jeune paysan en cavale, accusé d’un meurtre qu’il n ‘a pas commis. C’est aussi un roman d’apprentissage, aux résonnances riches. Margerit était un passionné d’Histoire. Tout sonne vrai, précis, même son érotisme qui n’est pas de pacotille. Les morceaux de bravoure sont nombreux (comme cette poursuite au ralenti entre deux navires sur une mer d’huile, sans le moindre souffle de vent…). Ce livre est la démonstration éclatante que le livre d' »évasion et d’aventures » – loin d’être un sous-genre littéraire- est peut-être le genre romanesque le plus pur… Emportez-le avec vous, c’est plus authentique, exotique et dépaysant qu’une semaine aux Caraibes avec un tour operator, et dans le métro vous sentirez le vent du large. (Texte tiré du site d’Amazon)

ile_perroquetsL’ÎLE DES PERROQUETS
Auteur : Robert MARGERIT
Éditeur : Éditions Phébus
Paru : 24 avril 2012
Disponible : Amazon.fr (Kindle), Archambault (Epub)