Les janissaires

Janissaire. Ayant souvent entendu ce terme, je ne m’étais jamais penché sur sa signification et ce à quoi il pouvait référer.  Mes recherches m’ont plongé dans l’empire ottoman, un empire peu connu de nous, occidentaux.  Les janissaires est un corps d’élite de l’infanterie ottomane.  Les Turcs, un groupe ethnique provenant des steppes asiatiques ont surtoujanissairest développer au fil du temps leurs habilités comme cavaliers.  Mais leur aptitude comme soldat de terre a toujours laissé à désirer. Cela explique pourquoi ils ont voulu à un certain moment, pallier à cette lacune en créant un nouveau groupe de militaires, qui ne serait constitué que de soldats d’élite.  Le nom même de janissaire (yeniçeri) veut dire en turc « Nouvelle milice ».  Pour constituer ces groupes de janissaires, les Turcs n’ont pas hésité à utiliser des esclaves chrétiens de 10 à 15 ans.  Ceux-ci étaient choisis au sein des territoires conquis par l’empire.  Il était donc normal d’y retrouver des grecs, bulgares, serbes, russes, ukrainiens, roumains, albanais, croates, hongrois, arméniens et géorgiens. Pour « prélever » leurs recrues, les ottomans ont mis au point une règle.  Celle-ci appelée « devchirmé » consistait à sélectionner un fils sur quarante. Les familles des 39 autres garçons devaient assumer les dépenses du voyage de l’élu vers la capitale de l’empire.  Créée en en 1334 par Orkhon, fils d’Osman 1er, cette nouvelle faction de l’armée mit peu de temps à se distinguer. Tant et si bien qu’elle devint le cœur même de l’armée ottomane. Faciles à identifier, les janissaires portaient un haut turban blanc orné de plumes. Leur simple costume suffisait à imposer le respect. Puis, les années passant, ils devinrent si puissants qu’ils formaient presque un pouvoir que les sultans ne pouvaient contourné.  Vers le début du XVIIIe siècle, le rapt d’enfants chrétiens cessa et le recrutement se fit de plus en plus au sein même de la communauté turque.  On cessa de les considérer comme des esclaves.  Les janissaires obtinrent même le droit de fonder des familles.  Avec leurs nouveaux privilèges, se développa en leur sein une forme résistance au pouvoir.  Ils se mirent à se révolter et devinrent une réelle menace pour le pouvoir du sultan. Cela explique pourquoi au XIXe siècle, le sultan Mahmoud II décida de se débarrasser de ce groupe encombrant et menaçant.  En juin 1826, les janissaires sont massacrés.  Cette tuerie fit plus de 8000 morts parmi le corps d’élite.  Les jours suivants, d’autres furent exécutés, exilés et massacrés.  En tout, cette tuerie fit 120 000 morts.  Certains survécurent mais leur pouvoir de jadis ne ressuscita jamais.

Un bon livre sur les janissaires est le suivant : complot_janissaires

LE COMPLOT DES JANISSAIRES : L’EUNUQUE HACHIM MÈNE L’ENQUÊTE
Auteur : Jason GOODWIN
Éditeur : Plon
Paru : Avril 2007

Résumé :
Au coeur de l’Empire ottoman en 1836, une série de meurtres menace le fragile équilibre du pouvoir. Une concubine est étranglée dans le harem du palais et un jeune officier est retrouvé assassiné dans les rues d’Istanbul.

Hachim, un détective peu ordinaire – c’est un eunuque -, connu pour sa rare intelligence et sa discrétion, va mener l’enquête pour trouver le coupable. Il nous guide à travers les luxueux sérails du palais et les rues grouillantes de la cité, et s’appuie tour à tour sur un ambassadeur polonais grincheux, un danseur transsexuel et une reine créole native des îles. Et surtout il nous introduit dans le cercle très fermé des Janissaires, auxquels le sultan a fini par enlever tout pouvoir.

Mais les Janissaires ne seraient-ils pas en train d’échafauder le plan d’un retentissant retour ?

Ce polar historique marque l’entrée remarquée du jeune historien Jason Goodwin dans le domaine romanesque. Ce livre est le premier d’une série d’enquêtes menées par Hachim, le détective ottoman.

Jason Goodwin a étudié l’histoire byzantine à l’université de Cambridge. Il est l’auteur d’une histoire de l’Empire ottoman et d’un récit de voyage intitulé Chemins de traverse (Phébus, 1995).

 

Bataille de Culloden

Écosse Avril 1746.  Après trois tentatives à s’efforcer de restaurer les Stuarts sur le trône d’Écosse, les Jacobites (partisans des Stuarts) veulent à nouveau défier l’armée britannique et placer le prince Bonnie Charles (Charles Édouard Stuart) sur le trône. Après avoir menacé Londres, les troupes de Bonnie Prince Charles décident plutôt de rejoindre les terres écossaises. Des troupes britanniques le poursuivent et le talonnent.  Les armées du général George Wade et du prince Guillaume Auguste, duc de Cumberland forcent les troupes écossaises à se replier davantage vers le nord. Sur leur parcours, les homcullodenmes de Bonnie Prince Charles échouent à prendre le château de Stirling et Fort William mais s’emparent d’Inverness et de Fort Augustus.  Finalement les deux grandes armées ennemies s’affrontent dans une lande appelée Culloden Moor le 16 avril.  Les forces comprennent 5000 hommes du côté écossais et environ 7000 à 9000 hommes du côté britannique.  Après avoir tenté de parlementer, les hostilités commencent.  L’artillerie britannique attaque les premières lignes des troupes jacobites.  Le clan Cameron decide de riposter. Il est suivi par les autres clans mais cela sans aucune coordination.  En une heure, la supériorité des armes des régiments britanniques fait la différence.  Les jacobites doivent battre en retraite.  Ces derniers auront perdu environ 1250 de leurs camarades contre 350 chez les britanniques.

Flora_MacDonalds_Farewell

Bonnie Prince Charles et Flora MacDonald

Le prince Bonnie Charles est obligé de fuir et est même recueilli et caché par une femme du nom de Flora MacDonald. Les survivants, quant à eux, sont poursuivis inlassablement.  Le duc de Cumberland ne renonce en effet à aucune tactique pour réprimer le peuple écossais.  Il est même surnommé le « boucher ».  Les blessés abandonnés sur le champ de bataille sont exécutés.  Il met le feu à des granges et des résidences suspectées de cacher des jacobites.  Ces méthodes répressives se poursuivent des mois durant.  Au but du compte. c’est plusieurs dizaines de milliers d’écossais qui trouvent la mort sous les ordres du duc.
La bataille de Culloden marque la fin du rêve jacobite ainsi que du mode de vie traditionnel écossais. En effet, les autorités britanniques adoptent des lois incorporant l’Écosse et surtout les Highlands dans le giron anglais. Les pouvoirs des chefs de clan sont abolis. De plus, le mode vestimentaire écossais (tartan) est interdit.  Face à ces mesures visant à détruire les clans et à assimiler les écossais au mode de vie britannique, beaucoup d’écossais décident de partir en traversant l’océan atlantique afin de rallier l’Amérique. Une terre d’espoir pour la survie de leur identité…

Pour une bonne fiction sur le sujet, voici un livre qui saura vous plaire:culloden_fin_clans

CULLODEN : LA FIN DES CLANS
Auteur : Valérie LANGLOIS
Éditeur : VLB
Paru : 4 avril 2011
Disponible : Archambault (Epub), Amazon.ca (Kindle)

RÉSUMÉ
Culloden. La fin des clans, raconte l’histoire d’un groupe de Highlanders qui ont survécu après leur défaite devant les forces britanniques à Culloden Moor, en Écosse, le 16 avril 1746. Alors que l’Écosse est mise à feu et à sang par les Anglais qui sèment la désolation dans les Highlands, Aimili Munro se retrouve brutalement orpheline et sans toit. Elle prend alors la route d’Édimbourg et rencontre un groupe de Highlanders en fuite après la bataille sanglante de Culloden. À la tête de ces guerriers aux manières douteuses, Lachlan MacGregor n’a qu’un seul but : ramener ses hommes dans leur village… à condition que celui-ci existe toujours. Heureusement pour Aimili, la présence apaisante de Brodick MacIntosh vient adoucir son séjour forcé parmi les guerriers. Et bientôt, les destins des trois voyageurs se trouveront soudés à jamais par les événements tragiques que les impitoyables tuniques rouges anglaises continuent d’infliger à leurs ennemis

L’ultime destination d’Amelia Earhart

La célèbre aviatamelia_earhartrice, à bord de son bimoteur Lockheed Electra 10-E et accompagnée de son navigateur Fred Noonan, disparaissent des écrans radar en route vers l’ïle Howland dans le Pacifique le 2 juillet 1937.  Partie de Lae en Nouvelle-Guinée, elle vole en direction est et tente d’atteindre les Etats-Unis et ainsi devenir la première femme à faire le tour du monde en avion.  Elle n’atteint jamais l’Île Howland.  Les derniers contacts radio laissent présager des difficultés.  Amelia et Fred semblent s’être éloignés de la trajectoire prévue. Puis le silence… L’avion et son équipage ne furent jamais retrouvés.  Cette disparition est l’un des plus grands mystères de l’aviation.  Mais des équipes de recherche tentent encore aujourd’hui de percer le secret de cette énigme. L’organisation Tamelia_electrahe International Group for Historic Aircraft Recovery (TIGHAR), tente de prouver que l’avion a réussi à se poser sur l’Île de Nikumaroro dans l’archipel de Kiribati et que les deux aviateurs ont survécut probablement quelques jours, voir quelques semaines sur cette île inhospitalière.  En effet, l’environnement y est infesté de crabes de cocotier.  Cette espèce de crabe peut atteindre jusqu’à un mètre de circonférence. Mais qu’est-ce qui attire tant l’équipe du TIGHAR sur cette île?  Il faut dire que depuis la disparition d’Amélia Earhart, beaucoup de recherches et de découvertes ont été faites qui sont considérées par le groupe de recherche comme de bons indices.  Après plusieurs expéditions de recherche, TIGHAR s’apprête à repartir pour la huitième fois sur Nikumaroro cet été.  Ils vont tenter à nouveau de repérer l’épave de l’avion à quelques mètres de la plage. Lors d’une précédente expédition, ils avaient repérer une masse inhabituelle sous l’eau. nikumaroro-mapMais le petit sous-marin (ROV) utilisé pour l’exploration n’a pas fonctionné tel que prévu. Une photographie de la plage, prise quelques semaines après la disparition d’Amelia Earhart, laisse entrevoir une structure qui pourrait être celle de l’Electra avant qu’il ne soit englouti par l’océan. D’autres trouvailles faites au fil des ans militent en faveur de ce site pour poursuivre les recherches et enfin dissiper les doutes quant au destin de l’aviatrice.  Des artéfacts comme un sextant, un petit pot de crème pour masquer les taches de rousseur, des os féminins et masculins peuvent indiquer que des naufragés ont pu survivre sur l’île.  C’est en juillet que l’expédition devrait commencer ses recherches.  C’est un dossier à suivre…

Pour en lire davantage sur la vie d’Amélia Earhart, je vous suggère le livre suivant:last_flight

THE LAST FLIGHT
Auteur :  Amelia EARHART
Éditeur : Crown
Paru :     Décembre 2009
Disponible : FNAC (Epub), Amazon.ca (Kindle), Amazon.fr (Kindle)

Le drame de Mayerling

L’archiduc héritier d’Autriche, Rodolphe, le fils de l’impératrice Élizabeth (Sissi) et de l’empereur François-Joseph possède une âme tourmentée. Certains disent qu’il a hérité ce trait de caractère de sa mère, souvent dépressive.
Il est né le 21 août 1858 au château de Laxenbourg.  Il est le seul garçon parmi les quatre enfants du couple impérial.  Il reçoit le prénom du premier empereur germanique de la lignée des Habsbourg, Rodolphe 1er.
Devenu un jeune garçon, son éducation est confiée à Charles-Léopold de Gondrecourt. Ce dernier, reconnu pour ses méthodes cruelles et brutales, terrorise le jeune archiduc.  Rodolphe sort traumatisé de cette expérience.  Heureusement, l’impératrice exige qu’on remplace le précepteur par un autre homme dont l’approche éducative est beaucoup plus libérale.  archiduc_rodolpheMalgré ce changement bénéfique, le jeune homme se sent isolé dans un mode qu’il trouve froid.  Très rapidement, ses idées libérales s’opposent clairement avec celles de son père, l’isolant d’autant plus. La mort de son parent, le roi de Bavière, Louis II l’ébranle énormément.  Pour ajouter à ses frustrations, il se sent vieillir sans pouvoir accéder au trône.  En effet, devenir empereur lui permettrait d’apporter les réformes sociales qui lui tiennent tant à cœur.  Célibataire en 1879, on lui cherche une épouse.  Le choix s’arrête sur la princesse Stéphanie de Belgique.  Ce couple s’avère rapidement mal assorti. 
Toutes ses insatisfactions peuvent peut-être expliquer pourquoi il se met à déserter les bras de sa femme pour ceux de femmes plus légères et ce, malgré la naissance d’une fille.  Comme conséquence à ces écarts de conduite, il contracte une gonorhée très grave qu’il transmet à son épouse.  Des suites de ce mal, l’archiduchesse ne peut plus concevoir. De son côté, Rodolphe souffre d’impuissance.  Il tente de se soigner en ingurgitant diverses drogues.
En 1888, il rencontre une jeune fille, Marie Vetsera dont il s’éprend.  Après une supposée altercation avec son père qui exige de lui qu’il rompt avec la jeune Mayerling_1889fille, il quitte la capitale avec sa maîtresse le 28 janvier 1889. Il se dirige vers son pavillon de chasse de Mayerling.  Le 30 janvier, il est retrouvé mort dans sa chambre avec Marie Vetsera, les deux abattus par une arme à feu.  Il est quasi certain qu’il s’agit d’un meurtre suivi d’un suicide.  Après les funérailles, il est enterré dans la Chapelle des Capucines à Vienne.  Ce drame, on peut l’imaginer, eut un effet dévastateur sur l’impératrice Élizabeth.  Elle demeura toujours en deuil de ce fils tant aimé.

Pour en lire davantage, je vous suggère:mayerling_livre

MAYERLING
Auteur Claude ANET
Éditeur : Grasset
Paru : 11 janvier 2013
Disponible : Archambault (Epub), Amazon.ca (Kindle), Amazon.fr (Kindle)

 

 

L’incendie du Bazar de la Charité

La Bazar de la Charité est une vente de bienfaisance qui se déroulait annuellement à Paris.  Elle fut organisée pour la première fois en 1885 par un financier du nom de Henri Blount. Elle se tenait sur la rue du Faubourg Saint-Honoré.  Par la suite, l’événement se déroula à d’autres endroitsBazar_de_la_Charité_Reconstitution_d'une_rue_du_vieux_Paris.  En 1897, un hangar de la rue Jean-Goujon servit de théâtre au Bazar. Utilisant le thème du Moyen-Âge, tous les étals présentaient une façade médiévale.
En cette journée du 4 mai, la duchesse d’Alençon est présente sur les lieux.  Cette dame est la sœur de l’impératrice Élizabeth d’Autriche, la fameuse Sissi.  Elle vient tout juste de fêter ses 50 ans. Tout se passe très bien jusque vers 16h30.  À ce moment, la lampe de projection d’un cinématographe est à cours d’éther. Après avoir rempli le réservoir, un des projectionnistes frotta une allumette mais le réservoir était mal isolé. Les vapeurs d’éther prirent feu.  Prenant rapidement conscience du début d’incendie, on commença l’évacuation des personnes présentes.  Mais par malchance, un rideau s’embrincendie_bazarasa et le feu se répandit très rapidement.  Constatant l’accélération du brasier, les gens se mirent à paniquer.  Ils se bousculèrent et se piétinèrent.  En plein chaos, la duchesse d’Alençon dit à une jeune fille de partir et qu’elle sera la dernière à quitter. Elle veut s’assurer que tous et toutes soient  sortis. Ce fut la dernière fois qu’on la vit vivante.  L’incendie consuma tout le hangar en 15 minutes. Par la suite, les dépouilles calcinées des victimes furent transportées au Palais de l’Industrie pour leur identification.  En tout, cette tragédie aura coûté la vie à 126 personnes.  Sur les lieux du drame, une chapelle commémorative fut érigée en souvenir de cette journée du 4 mai 1897.  Pour les victimes non identifiées, la Ville de Paris fit construire un monument au cimetière du Père-Lachaise.

Sur le sujet, vous pouvez lire le roman suivant:part_flammes

LA PART DES FLAMMES
Auteur : Gaelle NOHANT
Éditeur : Héloïse D’Ormesson
Paru : 19 mars 2015
Disponible : Amazon.fr (Kindle)
Résumé :
4 mai 1897. Autour de l’épisode méconnu du tragique incendie du Bazar de la Charité, La Part des flammes mêle les destins de trois figures féminines rebelles de la fin du XIXe siècle : Sophie d’Alençon, duchesse charismatique qui officie dans les hôpitaux dédiés aux tuberculeux, Violaine de Raezal, comtesse devenue veuve trop tôt dans un monde d’une politesse exquise qui vous assassine sur l’autel des convenances, et Constance d’Estingel, jeune femme tourmentée, prête à se sacrifier au nom de la foi.
Qu’ils soient fictifs ou historiques (la duchesse d’Alençon, née duchesse de Bavière, est la sœur de Sissi), Gaëlle Nohant donne vie et chair à ses personnages dans une histoire follement romanesque, qui allie avec subtilité émotion et gravité. Tout à la fois porté par un souffle puissant, littéraire et généreux, La Part des flammes, nous entraîne de rebondissements en révélations à la manière d’un roman feuilleton.

Découverte possible du navire de James Cook

L’épave du HMS Endeavour, 250 ans après son naufrage, aurait été localisée dans la Baie de Newport entre Boston et New York. C’est The Rhode Island Marine Archeology Project (RIMAP) HMS_Endeavourqui supervise les recherches et cet organisme devrait officiellement annoncer la découverte le mercredi le 4 mai. Mais pourquoi cette découverte est-elle si médiatisée?  C’est parce qu’il s’agit du premier navire à avoir fait le tour du globe.  C’est aussi avec ce navire que James Cook prit possession de l’Australie au nom de la couronne britannique.  De plus, James Cook est considéré comme l’un des plus importants navigateurs et cartographes de son temps.
Renommé le Sandwich après son retour du Pacifique, le navire participa à la guerre d’indépendance américaine en assurant le transport de troupes.  Une chaloupe identifiée comme appartenant au nale_retourvire Sandwich a été repérée sur le site qui compte aussi d’autres épaves de la même époque.
La prochaine étape du projet de recherche consiste à trouver des fonds afin de construire un entrepôt qui servira à entreposer les artéfacts qui seront retrouvés.

Pour connaître un peu de la vie de ce célèbre marin, je vous conseille le livre suivant:

LE RETOUR
Auteur : Anne ENQUIST
Éditeur: Actes Sud
Paru : 1er mars 2007
Disponible : Amazon.fr (Kindle), Amazon.ca (Kindle), Archambault (Epub)

L’Affaire du collier de la Reine

collier_reine

Le fameux collier

Cette affaire a déchaîné les passions au XVIIIe siècle en France.  Il s’agit d’une grande escroquerie, dont le cardinal de Rohan, fut la victime et qui entacha la réputation de la reine Marie-Antoinette.
Louis XV, juste avant sa mort, commanda un collier extravagant pour sa maîtresse de l’époque : la duchesse du Barry.  Il mourut avant la fin de la confection du bijou.  Le collier se retrouva donc sans commanditaire. Les joailliers parisiens Paul Bassange et Charles Auguste Bohrer, tentèrent de le vendre à la reine Marie-Antoinette, mais sans succès.  Le reine ne voulait en aucun cas porter un bijou destiné préalablement à Madame du Barry qu’elle abhorrait.  Avec un bijou de 1,6 million de livres invendu, la faillite attendait donc les deux joailliers. Mais cela, c’était sans compter sur l’ambition, la convoitise et le cupidité d’une certaine Jeanne de Valois-Saint-Rémy, une descendante illégitime du roi Henri II.  Cette dernière, provenant d’un milieu modeste, désirait par dessus tout s’élever dans l’aristocratie et être introduite à la cour.  En faisant la connaissance du cardinal de Rohan, elle saute sur l’occasion.  Elle fait semblant d’être une intime de la reine et entreprend une correspondance avec le cardinal en se faisant passer pour la reine.  Ce subterfuge fonctionne à merveille.  Pour ajouter à la vraisemblance, la comtesse emploie une jeune fille recommandée par Cagliostro.  Elle est un véritable sosie de la reine.  Elle se présente voilée au cardinal et celui-ci n’y voit que du feu et se fait pardonné le passé par la fausse reine. La comtesse continue son intrigue, et dans ses échanges épistolaires qui continuent, elle confie au cardinal qu’elle désire acheter le fameux collier mais qu’en en a pas les moyens.  Elle demande donc au cardinal d’avancer un montant devant servir d’acompte, qu’elle transmettra elle-même aux joailliers.  Le cardinal se soumet sans arrière pensée.  il ne se doute pas que la comtesse disparaîtra dans la nature avec le collier.
Finalement, l’affaire est mise au jour lorsque les joailliers, ne recevant pas le montant de la première échéance , pressent la reine de donner suite.  Celle-ci ne comprenant pas la demande des joailliers, demande au garde des Sceaux de faire le lumière sur cette affaire.  La vérité éclate alors. Le cardinal de Rohan est arrêté.  Mais bien vite l’on découvre qu’il n’est qu’une victime.  La comtesse et ses acolytes son arrêtés et emprisonnés.  Pour sa part, Jeanne de la Motte est marquée au fer rouge de la lettre V pour indiquer qu’elle est une voleuse.
Marie-Antoinette, quoique victime aussi dans cette affaire, ne fut jamais disculpée tout à fait aux yeux du peuple.  Ce peuple qui est à la veille de se soulever…

Pour lire un livre sur cette fameuse affaire, je vous recommande :collier_reine_dumas

LE COLLIER DE LA REINE
Auteur : Alexandre DUMAS
Disponible : sur le site Ebooksgratuits (Gratuit et libre de droits)

De la monnaie romaine trouvée en Espagne

De simples travaux d’excavation ayant pour but l’installation d’une ligne électrique souterraine ont permis récemment la mise au jour d’environ 1300 livres de pièces de monnaie romaines dans la ville de Tomares près de Séville en Espagne.  Ces pièces de bronze et d’argent étaient réparties dans 19 amphores en terre cuite. Il s’agit d’une importanroman_coins_spainte découverte.  Elle n’a que très peu d’équivalents à ce jour.
Les premières analyses démontrent que ces pièces de monnaie n’ont probablement jamais été mises en circulation.  Elles devaient servir à payer la solde des soldats ou le paiement des salaires des fonctionnaires.  Elles portaient toutes l’effigie des empereurs Constantin et Maximin.  Elles remonteraient donc à environ à l’an 310 de notre ère.  Les romains ont envahi la péninsule ibérique en 206 avant J.C. et y sont demeuré pendant 700 ans.

Pour lire un roman de cette époque de l’Histoire de l’Espagne (Hispanie), je vous suggère le livre suivant:
the_eyes_of_rome
THE EYES AND EARS OF ROME IN SPAIN
Auteur : John L. MANCINI
Paru : Janvier 2001
Disponible :  DBFICTION

 

 

Le cœur d’Auschwitz

Petite chose gardée précieusement cachée pendant cinquante ans, le cœur d’Auschwitz est une toute petite carte de vœux que Fania Steiner reçut de ses co-détenues au camp de concentration d’Auschwitz en décembre 1944 à l’occasion de ses vingt ans.coeur_Auschwitz  Cette carte en forme de cœur et pliée à la façon d’origami, est un témoignage édifiant de l’amitié et du courage que les prisonnières ont fait preuve durant ces jours sombres de leur existence. Douze d’entre elles, à l’aide de papier volé et de colle de fortune, ont écrit des petits mots pour Fania. On retrouve des phrases comme : « Notre victoire, ce sera de ne pas mourir » ou « Avec les autres, il faut rire. Quand tu pleures, cache-toi ».
Cette petite cartecoeur_origami fut préservée et cachée à la vue des nazis.  Si découverte, il est à peu près certain que les 12 jeunes filles auraient été exécutées. Même lors de la Marche de la Mort en janvier-février 1945, Fania a porté le précieux cadeau sous son aisselle pour qu’il ne soit pas découvert.  Elle survécut à cette épreuve surhumaine qui emporta la moitié des prisonniers obligés d’évacuer les camps de concentration trop près du front.  Elle dut cependant marcher pendant plusieurs jours, même si elle était épuisée et qu’elle était exposée à un froid polaire.  Elle fut éventuellement libérée et elle refit sa vie au Canada, à Toronto.  Longtemps, pour protéger sa fille, elle a gardé en elle le récit de sa vie à Auschwitz.  Ce n’est que plusieurs années plus tard, qu’elle ressentit le besoin de partager un peu de son expérience et fit don de son petit cœur.  Il est maintenant exposé au Centre commémoratif de l’Holocauste de Montréal.
Carl Leblanc, un documentariste, en visitant le Centre en 1998, est bouleversé par ce petit cœur semblant porter tant d’histoires en lui. Des questions lui passent par la tête : « Qui étaient ces femmes? », « Qui est cette Fania », « Comment ce petit objet s’est rendu jusqu’à nous? »  Pour répondre à ces questions, il décide de faire un film sur cette histoire touchante. Pour ce faire, il a dû procéder à une véritable enquête afin de retrouver les survivantes.  Son film intitulé « Le cœur d’Auschwitz » est le récit de cette quête.

En 2012, il publie une oeuvre de fiction, relatant son expérience.  Il s’agit du livre:artefeact

ARTÉFACT
Auteur : Carl LEBLANC
Éditeur : XYZ Éditeur
Paru : 1er novembre 2012
Disponible :  Archambault (Epub), Amazon.ca (Kindle), Amazon.fr (Kindle)

 

 

L’armée immortelle de l’empereur Qin

Premier empereur de Chine (247 – 210 av J.C.), Qin Shi Huangdi s’est forgé au fil du temps une réputation de tyran et de mégalomane. Il semble qu’il n’avait peur de rien, sauf peut-être de la mort. Pour se protéger du monde menaçant de l’au-delà, il chercha une idée susceptible de le protéger après son décès.  La meilleure qui lui vint à l’esprit fut de se constituer une armée devant protéger son tombeau.china-1269577_1920  Il fit donc construire son mausolée en employant 700 000 travailleurs pendant 36 ans.  Ceux-ci confectionnèrent 8000 soldats en terre cuite.  Ils firent bien attention à ce que les traits et l’apparence vestimentaire des soldats soient individualisés.  À la fin des travaux, il semble, d’après des historiens de l’époque, que les travailleurs furent emmurés vivants dans le mausolée afin de préserver les secrets de la construction de la nécropole. Ces faits nous ont été rapportés par un dénommé Sima Qian, qui fit le récit de cette construction dans son ouvrage intitulé Les Mémoires historiques.
C’est en 1974 que fut découverte cette armée d’argile.  Un cultivateur nommé Yang Zhifa et d’autres paysans, en raison de la sécheresse sévissant cette année-là, décidèrent de construire un puits.  C’est en creusant la terre qu’ils tombèrent sur des fragments de terre cuite ainsi que sur des pointes de flèches.  Dans les mois qui suivirent, les premières recherches archéologiques ne tardèrent pas à livrer à la face du monde ce secret si bien gardé. En tout, 8 fosses ont été excavées et permirent de mettre au jour l’armée complète.  Depuis le 4 avril 1987, l’armée de terre cuite, est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité.

Sur le sujet, je vous suggère les livres suivants:

LE GRAND EMPempereur_automatesEREUR ET SES AUTOMATES
Auteur : Jean LEVI
Éditeur: Éditions Alban Michel
Paru : 10 janvier 1985
Disponible : Amazon.fr (Kindle), Archambault (Epub)

Résumé :

Voici le roman de tordre absolu, tel que le voulut Ts’in Che-houang ti, Premier Auguste Empereur, sur l’ensemble de l’Empire chinois, au IIIe siècle avant notre ère. Après avoir arrêté l Histoire en instaurant le règne de la nécessité pure et enfermé l’espace dans une grande muraille, l’Auguste Empereur veut abolir le temps. Il finit son règne entouré d’automates hydrauliques et croit avoir ainsi prise sur les êtres. Déjà, il rêve de diriger les hommes comme on dirige des machines. Mais il n’est peut-être lui-même qu’un pantin entre les mains de son premier ministre. Il meurt en voyage et, conservé dans de la glace, on continue à lui servir des plats et à prendre ses ordres comme s’il était vivant… Jouant avec les multiples miroirs de la civilisation chinoise, cruelle et raffinée, voluptueuse et conquérante, ce roman révèle l’étonnante figure de ce Premier Empereur et brosse ainsi le portrait d’une Chine à la fois ancestrale et moderne.


TERRY WILLIAMS ET LES SOLDATS DE L’EMPEREUR QIN
Auteur : Julien LAMON
Éditeur : Éditions Persée
Paru : 20 avril 2016
Format : Ebook
Disponible : Amazon.fr (kindle), Amazon.ca (kindle), Decitre (ePub), Archambault (ePub), Renaud-Bray (ePub), Kobo

Résumé :

Terry Williams, jeune archéologue helvético-américain vit une vie paisible avec sa fille Chloé à Luan, dans le canton de Vaud. Son quotidien est rythmé par les fouilles archéologiques, et les conférences qu’il donne dans de nombreux pays. Tout semble se dérouler normalement, jusqu’au jour où l’excentrique milliardaire Richard Cassaro enlève sa fille et oblige Terry à travailler pour lui, sur des sites archéologiques très bizarres. Les recherches de Terry vont l’emmener aux quatre coins du monde, l’entraînant sur des lieux inédits, et mettant à jour des révélations plus étranges les unes que les autres. Entre des statues qui prennent vie, des cadavres qui réapparaissent après des centaines d’années, et des secrets Nazis dévoilés, Terry Williams, en archéologue pointilleux et cartésien, verra son esprit et sa vie chamboulés à travers ces aventures incroyables. Julien Lamon est né à Genève (Suisse) en 1985. Terry Williams et les soldats de l’Empereur Qin est son premier roman. Passionné depuis l’enfance par les livres et l’écriture, il veut transmettre sa passion, et faire découvrir les histoires qu’il crée à ses lecteurs.