Dans la gueule du loup

DANS LA GUEULE DU LOUP
Auteur : Olivier BELLAMY
Éditeur : Buchet/Chastel
Paru : 29 août 2013
Format : Ebook
Disponible : Decitre (Multiformat), Amazon.fr (kindle), Amazon.ca (kindle), Leslibraires.ca (ePub), Kobo

Résumé : 

En 1936, commence l’une des purges staliniennes les plus sanglantes de l’histoire bolchévique. C’est le moment que choisit Serge Prokofiev pour revenir en URSS et s’y installer avec sa famille. C’est le moment aussi où il écrit et compose Pierre et le Loup, son célèbre conte musical pour enfants. Le Mozart russe s’est jeté « dans la gueule du loup ». Il n’en sortira plus jamais jusqu’à sa mort. Dans ce roman drôle et cruel, l’auteur imagine les circonstances et les conséquences tragiques de cette décision.
A travers le destin d’un homme, c’est l’histoire de la première moitié du XXe siècle que nous revivons. Le Paris brillant et cosmopolite, la guerre, l’implacable machine soviétique. C’est aussi le portrait saisissant d’un compositeur de génie qui traverse les flammes de l’enfer pour tutoyer le divin. Et celui d’une femme libre qui paiera cher le prix de son amour absolu.

Entre les notes de Bach

ENTRE LES NOTES DE BACH
Auteur : Jean-Pierre GRIVOIS
Éditeur : Héloïse d’Ormesson
Paru : 2 juin 2016
Format : Ebook
Disponible : Decitre (ePub), Amazon.fr (kindle), Amazon.ca (kindle), Numilog (ePub), Renaud-Bray (ePub), Leslibraires.ca (ePub), Kobo, Nook

Résumé : 

Version rema­niée de Moi, JSB paru chez le même édi­teur en 2006, Entre les notes de Bach pro­pose, sous la plume fort bien docu­men­tée de l’organiste ama­teur Jean-Pierre Gri­vois, une immer­sion dans la vie de Jean-Sébastien Bach (1702 – 1766), ce pro­dige de la musique sacrée au XVIIIe siècle en Alle­magne.
Une bio­gra­phie roman­cée à la pre­mière per­sonne est tou­jours un risque : celui d’imputer avec trop d’assurance des pen­sées et des com­por­te­ments qui ne sont pas en pleine adé­qua­tion avec la vie réelle de celui qui était une per­sonne avant d’être un per­son­nage. Ou celui de s’arrêter au des­crip­tif du quo­ti­dien de telle sorte que la légende se trouve comme rabou­grie par une sur­en­chère de réalisme.

Oscil­lant entre les deux écueils, l’auteur pré­sente le por­trait sans conces­sion du maître des pièces pour orgue, des concer­tos et des pas­sions, met­tant l’accent, outre sur sa vie intime (ses deux épouses ainsi et ses vingt enfants dont beau­coup mour­ront rapi­de­ment), sur sa gloire natio­nale mais aussi ses que­relles inces­santes avec les auto­ri­tés reli­gieuses et poli­tiques des nom­breuses villes où il a offi­cié avant de jouir du titre envié de Can­tor de Leip­zig.
Ayant fré­quenté les plus humbles comme les plus grands (notam­ment le duc de Wei­mar et son ami le prince d’Anhalt-Köthen), cet héri­tier d’une impres­sion­nante famille de musi­ciens appa­raît tiraillé en per­ma­nence entre les affres de la créa­tion (pro­duire en accord avec le credo luthé­rien la musique sacrée, celle d’église, seule à même d’honorer le divin), les dif­fi­cul­tés de la trans­mis­sion péda­go­gique et les vicis­si­tudes des riva­li­tés de cours, au titre des­quelles l’essor de l’opéra ita­lien sem­blant relé­guer aux oubliettes les cho­rals, fugues et autres cla­viers tem­pé­rés dont l’enfant de Thu­ringe avait le secret.

Cette dimension-là (sorte d’ envers du décor) est par­ti­cu­liè­re­ment bien ren­due dans le roman qui se lit avec plai­sir, même si son fil direc­teur ne contient ni intrigues ni rebon­dis­se­ments majeurs. L’on pour­rait ainsi citer la belle page 90 où le musi­cien découvre la mer pour la pre­mière fois et l’assimile à la Créa­tion même : “Les vagues qui défer­laient sur le sable res­sem­blaient à des pul­sa­tions divines d’où allait sur­gir le cri créa­teur. Je res­tai là, immo­bile, me lais­sant enva­hir par une musique venue d’ailleurs. Peut-être un jour aurais-je l’occasion de méta­mor­pho­ser cette musique céleste en musique ter­restre. [ Cf. le choeur d’entrée de la Pas­sion selon l’Evangile de Jean, BWV 245, et autres musiques d’église, com­po­sés plus tard.].“
L’auteur a ainsi la bonne idée de ren­voyer chaque fois qu’il le peut à des cor­res­pon­dances entre tel état de fait ou telle don­née psy­cho­lo­gique et les œuvres de Bach réper­to­riées dans le cata­logue Bach Wercke Ver­zeich­nis (BWV) – il est presque dom­mage alors que l’éditeur n’ait pas eu l’idée, par exemple, de mettre en ligne sur un site dédié, ces extraits musi­caux ren­voyant aux cha­pitres dédiés, afin que le lec­teur pro­fane puisse s’y rap­por­ter plus aisé­ment que le mélo­mane averti.

(Résumé tiré du site Littéraire.com)

 

La symphonie interdite

LA SYMPHONIE INTERDITE
Auteur : Jean-Pierre MARTIN
Éditeur : Éditions Sutton
Paru : 1er décembre 2015
Format : Ebook
Disponible : Numilog (ePub, pdf), Archambault (ePub), Amazon.fr (kindle), Renaud-Bray (ePub)

Résumé :

Le 27 avril 1967, le grand chef d’orchestre autrichien Yachouv Edelman dirige de façon éblouissante le Philharmoniker de Berlin. Alors que les musiciens interprètent la Huitième de Mahler, il succombe à son pupitre. L’autopsie ne tarde pas à révéler qu’il a été victime d’un empoisonnement. D’autres musiciens sont frappés à leur tour. Tous ont en commun d’avoir été déportés à Theresienstadt lors de la seconde guerre mondiale et d’y avoir animé l’orchestre symphonique du camp. L’inspecteur Bauer, chargé de l’enquête, tente d’en apprendre plus sur ces victimes et cet épisode douloureux de leur passé commun. Aux côtés d’une enquêtrice du Mossad et d’un collègue autrichien, Bauer nous entraîne en Autriche, à Prague et à Grenoble pour un étrange parcours initiatique dans l’horreur de la déportation. Finira-t-il par percer le mystère qui liait ces rescapés?? Avec comme fil directeur l’oeuvre de Gustav Mahler, qui transcende les passions humaines et leur violence, l’auteur nous entraîne à la fois dans une réalité historique méconnue et dans un roman policier captivant.