Les aventures d’un négrier – Trafiquant d’or, d’ivoire et d’esclaves

LES AVENTURE D’UN NÉGRIER – TRAFIQUANT D’OR, D’IVOIRE ET D’ESCLAVES
Auteur : Théodore CANOT
Éditeur : CLAAE
Paru : 22 février 2018
Format : Ebook
Disponible : Decitre (ePub), Amazon.fr (kindle), Amazon.ca (kindle), Numilog (ePub), Renaud-Bray (ePub), Leslibraires.ca (ePub), Kobo, Nook

Résumé :

Confessions d’un esclavagiste et contrebandier. C’est l’histoire véridique de la vie et des aventures du capitaine Théodore Canot (1806-1860), trafiquant en or, en ivoire et en esclaves sur la côte de Guinée, telle qu’il la raconte en 1854. Élevé à Florence par une mère italienne, veuve d’un militaire français, il doit son éducation à un capitaine américain et navigue indifféremment sous les pavillons hollandais, anglais, portugais, espagnol, brésilien, colombien.
Il commande de nombreuses fois des vaisseaux américains et contribue à l’extension de l’esclavage dans les états du Sud. Il pratique le métier de négociant sur les côtes africaines où l’être humain vaut moins que l’ivoire. Il se taille une solide situation, mais connaît peu à peu le déclin et finit les dernières années de sa vie par errer et mendier sur le sol des États-Unis. Un récit de vie stupéfiant qui dévoile les mécanismes de la traite des êtres humains au XIXe siècle ! EXTRAIT Mes habitudes commerciales et mon dévouement systématique aux intérêts du Mongo me familiarisèrent rapidement avec les grandes lignes du « commerce de l’intérieur » mais, comme j’étais encore incapable de parler les dialectes de la côte, Mr.
Ormond – qui ne pénétrait dans le magasin et ne m’entretenait d’affaires que fort rarement, – se procura un habile interprète qui assistait à mes côtés à l’échange du détail de marchandises étrangères contre du riz, de l’ivoire, de l’huile de palme et des provisions ménagères. Les achats d’esclaves et d’or étaient négociés exclusivement par le Mongo qui m’estimait encore trop imparfaitement initié aux ruses et aux traits de caractère indigènes pour qu’une charge si délicate pût m’être confiée. À PROPOS DE L’AUTEUR Théodore Canot (1806-1860) était un trafiquant en or, en ivoire et en esclaves sur la côte de Guinée.

Elyssa de Carthage

ELYSSA DE CARTHAGE
Auteur : Éric SENABRE
Éditeur : Didier Jeunesse
Paru : 25 février 2015
Format : Ebook
Disponible : Decitre (ePub), Amazon.fr (kindle), Amazon.ca (kindle), Numilog (ePub), Archambault (ePub), Renaud-Bray (ePub), Leslibraires.ca (ePub), Kobo, Nook

Résumé :

Elyssa est une esclave carthaginoise, appartenant depuis ses 7 ans à une puissante famille romaine. En grandissant, le fils de la famille, Marcellus, tombe amoureux d’elle : il l’affranchit puis l’épouse. Elle devient alors une romaine à part entière, épaulée par un mari aimant et son vieil ami et mentor, l’esclave Ganymède. Mais tout s’effondre lorsque Marcellus, de retour d’une mission secrète à Carthage, est assassiné. Accablée de chagrin, Elyssa accepte de reprendre sa mission et embarque pour sa cité natale, afin de retrouver la trace des commanditaires de ce meurtre, et déjouer le complot contre Rome, sa patrie d’adoption. Mais la jeune fille part en réalité avec un tout autre objectif : venger la mort de son époux. Après une traversée en mer périlleuse, l’arrivée à Carthage se passe sans trop d’encombres. Jusqu’à ce qu’Elyssa rencontre le ténébreux Syphax, homme d’influences au coeur de la cité rivale… Ill. de couverture : Raphaël Gauthey

Les naufragés de l’Île Tromelin

Voici une histoire hors du commun…
Tout commence le 17 novembre 1760 à Bayonne en France. Dans le port de la ville, un navire négrier « L’Utile » appareille et prend la mer avec 142 membres d’équipage à son bord. En escale à l’île de Madagascar pour se réapprovisionner, le capitaine fait embarquer discrètement 160 esclaves malgaches destinés aux plantations de La Réunion.  Poursuivant sa route, le capitaine emprunte un passage moins fréquenté et plus risqué. Son navire s’échoue le 31 juillet, sur les hauts fonds ceinturant une toute petite île au nord de l’Île de la Réunion.  À l’époque, on appelait cet ilot, l’Île des sables.  ile_tromelinLe naufrage fait plusieurs victimes.  Sur les 160 esclaves, seuls la moitié survivent.  Du côté des membres de l’équipage, seuls vingt matelots trouvent la mort.  Les esclaves et les membres de l’équipage sont donc amenés à collaborer pour survivre. Certains des rescapés réussissent à construire un petit bateau de fortune.  Mais seuls les blancs sont admis à bord.  Les 80 esclaves sont donc laissés à eux-mêmes. Ayant réussi à rejoindre Madagascar, le commandant en second de l’Utile, Barthélémy Castellan du Vernet tente d’organiser des équipes de secours, tel qu’il l’avait promis aux esclaves naufragés, mais les autorités en place, ne lui donnent pas l’autorisation.  Les esclaves, considérés comme morts, demeurèrent quinze sur l’Île avant d’être retrouvés.  D’autres tentatives de sauvetage avaient été tentées mais sans succès.  Il faut donc attendre 1776, pour que le chevalier Tromelin, à bord de la « Dauphine » parvienne à ramener les survivants à bon port.  À ce moment-là, seules sept femmes et un bébé de 8 mois sont retrouvés.

Pour en lire davantage sur les façons dont les naufragés ont trouvés pour survivre, je vous recommande:

naufragesLES NAUFRAGÉS DE L’ÎLE TROMELIN
Auteur : Irène FRAIN
Éditeur : J’ai Lu
Paru : 2010
Disponible : Amazon.fr (papier), Amazon.ca (papier)

Résumé (tiré du site Babelio)
Un minuscule bloc perdu dans l’océan Indien. Cerné par les déferlantes, harcelé par les ouragans. C’est là qu’échouent, en 1761, les rescapés du naufrage de L’Utile, un navire français qui transportait une cargaison clandestine d’esclaves.
Les Blancs de l’équipage et les Noirs de la cale vont devoir cohabiter, trouver de l’eau, de la nourriture, de quoi faire un feu, survivre. Ensemble, ils construisent un bateau pour s’enfuir.
Faute de place, on n’embarque pas les esclaves, mais on jure solennellement de revenir les chercher. Quinze ans plus tard, on retrouvera huit survivants : sept femmes et un bébé. Que s’est-il passé sur l’île ? À quel point cette histoire a-t-elle ébranlé les consciences ?
Ému et révolté par ce drame, Condorcet entreprendra son combat pour l’abolition de l’esclavage.